Affaires courantes

Patricia Keimeul

Directrice FAML

21/01/2019

Le 9 décembre 2018, la N-VA refuse une nouvelle fois au premier ministre l’autorisation de s’envoler pour le Maroc afin d’y approuver formellement, au nom de la Belgique, le « Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière » des Nations unies (il sera ratifié à l’ONU le 19 décembre 2018 à New York).

Face à la détermination des autres membres du gouvernement, les nationalistes flamands, qui y sont majoritaires claquent la porte. Charles Michel n’a alors d’autre choix que de se rendre au palais royal pour remettre au roi la démission de son gouvernement après lui avoir évoqué l’impasse dans laquelle il se trouvait.

Trois possibilités s’offraient alors au souverain. Soit il refusait cette démission et le blocage perdurait, soit il tenait en suspens sa décision pour lui permettre de consulter les grands acteurs de la vie politique, soit il l’acceptait immédiatement.

Il se prononcera pour la seconde option.

Le gouvernement était dès lors en “affaires courantes”. Mais que cette expression recouvre-t-elle ?

Téléchargez

Icône

Affaires courantes - epub 95.20 KB downloads

  ...
Icône

Affaires courantes - pdf 287.92 KB downloads

  ...